Blog d’un voyage en Amérique du Sud et centrale
Suivez nous :  

zipaquira

Chaque pays d’amérique du sud a sa propre petite merveille touristique à ne pas manquer : les Chutes Iguazu en Argentine, le Machu Picchu au Pérou, le Salar d’Uyuni en Bolivie, et j’en passe…

La star de la Colombie, elle, c’est une « cathédrale » sculptée dans les mines de sel de Zipaquirá. Elle est très prisée des colombiens, à tel point qu’elle a été nommée “Primera maravilla de Colombia“, soit la 1ère “merveille” de Colombie. Là je vous entends dire « Wahhh, une Cathédrale sculptée dans du sel ? Ça doit vraiment être quelque chose ce truc ! ». Patience, attendez la suite…

Ce classement datant de 2007 a en réalité été établi par le vote des lecteurs d’un journal populaire en Colombie nommé “El Tiempo“. Plusieurs choix de sites leur ont été suggérés selon leur intérêt architectural, ou historique… Entre autres : La cité perdue de la Sierra Nevada, les fortifications de Carthagène, le parc archéologique de San Augustin… et PAF voici comment notre “merveille” a été proclamée !

sauce america

Qu’est-ce que c’est que cette cathédrale ?
Est-ce qu’elle vaut le coup d’œil ?

Et bien c’est une église “unique au monde” construite à l’intérieur des mines de sel de Zipaquirá à 49km au nord de Bogotá. Ces mines ont commencé à être exploitées bien avant l’arrivée des espagnols par les indigènes qui se servaient du sel comme d’offrande à la terre.

Des années plus tard, après que les espagnols aient planté la petite graine du catholicisme dans le crâne les indigènes d’Amérique, les mineurs devenus très pieux décoraient les murs de la mine avec des images saintes. C’est pourquoi ces mêmes travailleurs, avec l’aide de Luis Ángel Arango (avocat et entrepreneur) ont eu l’idée de construire une première cathédrale en 1950 sur leur lieu de travail, afin de demander protection et bénédiction au tout Puissant (Amen !), mais menacée d’effondrement, celle-ci dût fermer ses portes en 1990.

Un an plus tard, un concours d’architecture a été ouvert pour bâtir une toute nouvelle cathédrale au 4ème et dernier palier de la mine (soit 60m plus bas que l’ancienne). L’architecte Roswell Gravito Pearl (si c’est pas un nom de l’espace ça hein ?!) gagna le concours avec son projet : un chemin de croix amenant jusqu’à une coupole qui elle mène à la fameuse « cathédrale ».

cathedrale-zipaquira-colombie-bogota

Ce projet a été tout bien pensé pour le touriste bien évidemment ! La cathédrale fait partie d’un parc de 32 hectares appelé “Parc de sel” où vous trouverez diverses attractions. Cette fameuse cathédrale de sel fait déplacer les touristes en masse, intrigués par l’appellation… La curiosité nous ayant titillées nous aussi, nous avons voulu aller voir ça de nos propres yeux, et ce malgré les tentatives de dissuasion de nos deux amis Bogotanos… On vous raconte…

sauce america

L’ATTRACTION PRINCIPALE :

L’entrée à la Cathédrale de Sel à elle seule ne coûte pas moins de 25 000 pesos par adulte*, soit environ 10 euros pour un lieu de culte… La note est salée, ça fait réfléchir… mais on imagine que le prix est justifié par un travail de maitre… Et puis voyons le bon côté des choses, le billet comprend aussi une visite guidée du site, un film de 15min en 3D sur l’histoire des mines, et pour finir en beauté, ce billet donne également accès à un SUPERBE un show de lumière (attention les yeux ça rigole pas…) !

Pour commencer, notre guide, parlant plus de Jésus que de sel, nous fait parcourir le chemin de croix, qui n’est n’y plus n’y moins que 12 croix quasiment identiques au design plus qu’épuré, sculptées en enfilade dans le sel. Mouais… pas très impressionnant jusque-là…

chemin-de-croix-zipaquira

Après ça, on atteint la fameuse « cathédrale ». Le lieu est bien mis en valeur par les éclairages mais reste assez sobre. On s’attendait à des statues taillées dans le sel, une coupole, et tout le toutim. Quenéni, les 2 statues qui se battent en duel ont été apportées de l’extérieur et sont en granite, pas en sel. Les murs, grossièrement taillés, n’ont rien des prouesses architecturales des cathédrales que l’on a en tête. Bref, globalement on est déçues…

cathedrale-zipaquira-colombie

Petit passage obligé aux nombreuses boutiques d’artisanat. Ça serait dommage de ne pas repartir avec une petite croix en sel pour poser sur votre buffet non ?

artisanat-mines-de-sel

Enfin, arrive le moment le plus hilarant du parcours : le show de lumières… Il s’agit en fait d’un gigantesque tapis de led suspendu au plafond qui s’illumine au rythme de la musique digne de Mario Bross pendant 10 longues minutes. Des formes, des couleurs, rien à voir avec le sel, on a pas trop compris…

Show-de-led

On enchaine sur le film 3D. On nous raconte l’histoire des mines de sa création à nos jours. Les infos sont bonnes à prendre, mais l’écran et le son sont tellement mal réglés qu’on aurait volontiers supprimé une dimension…

BILAN :

On ressort un peu déçues de l’expérience, avec la vague impression qu’ils tentent de justifier le prix exorbitant par n’importe quels moyens en ajoutant toutes sortes d’attractions sans aucun rapport avec la choucroute, ni le sel d’ailleurs ! On aurait aimé plus de détails historiques sur la mine, le sel et moins d’éloge biblique…
Si vous y aller un dimanche vous aurez peut-être l’occasion de participer à la messe qui s’y déroule chaque semaine, une opportunité de voir le lieu sous un autre angle…

sauce america

LES AUTRES ATTRACTIONS PAYANTES :

  • La route du mineur : 6 000 pesos par adulte * : équipés du matériel de sécurité (casque, lampe…), vous descendrez durant 35 minutes dans les anciennes mines de sel afin de comprendre et revivre les conditions de travail difficiles des mineurs de l’époque. Nous n’avons pas personnellement testé cette visite mais nous avons en eu pas mal d’échos négatifs (trop court, trop folklorique et pas assez réaliste…). A vous de choisir !
  • Le musée de la saumure (El Museo de la Salmuera) : 3 000 pesos par adulte * : Musée qui se parcourt en une vingtaine de minutes, il décrit entre autre les différentes manières d’extraire le sel utilisée au fil du temps.
  • Le Mur d’escalade : 6 000 pesos par adulte *
  • La Balade avec le petit train historique (ça on adore… :) ) : 4 500 pesos par adulte *
  • La Réplique des mines de Muzo : 5 000 pesos par adulte *

sauce america

LES GRATUITES :

  • La réserve naturelle qui entoure le parc touristique.
  • La zone boisée, comprenant une forêt d’eucalyptus, avec de nombreux sentiers et chemins.

sauce america

NOS CONSEILS :

D’autres mines de sel autour de Bogotá sont surement plus intéressantes et authentiques, comme celles de Nemocón par exemple. (Entrée : 10 000* pesos)

sauce america

COMMENT SE RENDRE A LA CATHÉDRALE DE SEL ?

Si malgré nos conseils, vous voulez tout de même voir cette foutue cathédrale de vos propres yeux, voici quelques indications qui vous permettront surement d’arriver plus rapidement que nous :

Le but est de parvenir jusqu’à la ville de Zipaquirá depuis Bogotá, et ce en moins de 2h si tout se passe bien.

La théorie parait simple :

“A Bogotá, il vous faut prendre le Transmilenio jusqu’à la station Terminal Nord puis une fois là-bas, prendre un bus direct jusqu’à Zipaquirà (4000/5000 pesos* – 45 min), puis marcher jusqu’à l’entrée des mines, easy !”

bus-transmilenio

En théorie oui, mais c’est sans compter la complexité des lignes du Transmilenio (réseaux de bus de la ville de Bogotá, un peu façon métro avec des voies spéciales et des stations).
Il suffit de se poster quelques minutes devant une carte du réseau : des dizaines de lignes bus différenciées par des couleurs, des chiffres et des lettres (un peu comme sur France 2, mais en moins logique), et pour couronner le tout, ces indicateurs changent selon le sens de la ligne ! Bref, en tant que touriste, impossible d’y comprendre quelque chose… On a remarqué que même les locaux s’y perdent et nous indiquent des routes différentes à chaque fois, jugez par vous-même…

TransmilenioColombia

Pour accéder aux services du Transmillenio, il vous faut acquérir une carte à 2000 pesos*, que l’on recharge avec des trajets au prix de 1800 pesos chacun. Ça vous parait simple ?

Eh bien ça ne l’est pas. Figurez-vous que selon la zone de la ville, la couleur de la carte à utiliser change, tantôt rouge, tantôt verte… Il vous faudra donc acheter les deux couleurs de cartes et les recharger toutes les deux pour pouvoir vous déplacer dans toute la ville sans problème… ou, pour limiter la casse, vous pouvez toujours demander gentiment à quelqu’un de vous prêter sa carte en échange de monnaie !

* Prix constatés en Mai 2015

sauce america

Commentez cet article :

Se connecter avec : SE CONNECTER AVEC :